P a l i n d r o m e

TELEMANN  -  BERIO  -  SCRIABINE  -  CHAUSSON  -  SCRIABINE  -  BERIO  -  TELEMANN

Et si l'on commençait par la fin... ?

  • Telemann - Fantaisie pour flûte seule n°1 (saxophone soprano, Paul Lamarque)

  • Berio - Sequenza 7b (saxophone soprano, Antonin Pommel)

  • Scriabine - Préludes 3&4 Op.15 (piano, Tom Grimaud)

  • Chausson - Trio avec piano Op.3 (saxophone soprano, Antonin Pommel - saxophone baryton, Paul Lamarque - piano, Tom Grimaud)

  • Scriabine - Études n°5 Op.8 & n°1 Op.2 (piano, Tom Grimaud)

  • Berio - Lied (saxophone ténor, Antonin Pommel)

  • Telemann - Fantaisie pour flûte seule n°12 (saxophone soprano, Paul Lamarque)

La structure de ce programme est un palindrome formé par la succession des différents compositeurs (et donc des différentes époques et esthétiques). Il serait tout à fait possible de jouer ce programme dans l’ordre inverse sans qu’il perde ni son sens, ni sa logique. 

Le concert commence par trois pièces solos d’époques radicalement différentes (baroque, contemporain puis romantique) jouées successivement par les trois membres du Trio. Chaque musicien défend un style, mais les pièces s’enchaînent sans applaudissements et emportent l’auditeur dans des mondes imaginaires contrastés lors d’un voyage dans le temps concentré.

Le cœur du programme est le Trio avec piano op.3 d’Ernest Chausson, originellement écrit pour violon, violoncelle et piano. Véritable œuvre cyclique, son esprit fait écho au palindrome : le matériaux du premier mouvement est développé tout au long du trio, le thème initial finit le quatrième mouvement, après être passé par des états extrêmes lors des quasi 35 minutes du chef d’oeuvre.

Puis, alors que l’opus 3 de Chausson a modifié le climat de la salle, s’opère pour l’auditeur un doux retour en arrière, malgré le fait qu’il se dirige vers la fin du concert. Nous réécoutons Scriabine au piano seul, mais cette fois-ci dans des études, puis Berio, duquel l’énergique Sequenza laisse place au Lied joué au saxophone ténor, et nous finissons comme nous avons commencé, par Telemann et sa dernière Fantaisie pour flûte seule joué au saxophone soprano.

 

Le concert se termine, le palindrome est complet, le public est traversé

21.jpg